Absentéisme en entreprise : quelles solutions ?

Par -

Les dernières études sur l’absentéisme sont édifiantes : 65% des entreprises françaises affirment que leur taux d’absentéisme a augmenté depuis 5 ans[1] . Il représenterait plus de 2 semaines par an par salarié, avec un coût estimé à 1,87% de la masse salariale [2] : désorganisation, perte de production, coûts de remplacements et de maintien de salaire… Dans ce contexte, la lutte contre l’absentéisme devient un véritable levier de performance pour l’entreprise, et les DRH sont au premier rang pour l’activer. Mais quelles solutions pour lutter efficacement contre l’absentéisme ?

Contre l’absentéisme, évitez les solutions « faciles »

Maniez avec précaution certaines mesures classiques pourtant porteuses d’effets pervers. La contre-visite médicale, notamment : 73% des DRH y ont recours… tout en pointant son inefficacité et son coût ! Systématisée, elle place la relation employeur – salarié sous le signe de la méfiance et de la répression : limitez son recours aux arrêts dont le caractère injustifié fait peu de doutes.
Encourager la présence via une prime d’assiduité ou l’intéressement risque de démotiver le salarié impliqué dont l’absence est justifiée, d’encourager de « faux » accident du travail – motif non « sanctionnable » – ou de provoquer des épidémies à cause de salariés venus travailler malades pour ne pas perdre leur prime !

Avant d’agir, mesurez et analysez votre absentéisme

Pour lutter efficacement contre l’absentéisme il est essentiel de prendre le temps d’en dresser un constat objectif : mesurez l’absentéisme et son évolution au regard de référentiels pertinents, calculez les coûts induits.
S’il vous apparaît nécessaire d’agir, entrez dans le détail : par âge, équipe, métier, ancienneté, statut … et identifiez les raisons invoquées : maladie, accident du travail, raisons familiales, absences courtes pour un refroidissement qui n’aurait pas empêché un salarié motivé de venir travailler …
La difficulté est alors d’en identifier les causes profondes. Un absentéisme important est souvent révélateur de dysfonctionnements profonds dans l’entreprise : conditions de travail, charge, difficultés à motiver… Une enquête de climat social, des indicateurs à surveiller, un entretien systématique au retour des salariés absents et une attention portée aux petits signes d’alerte sont autant de moyens de les identifier.

Construisez un plan d’action sur mesure

Cette analyse sans complaisance vous permettra d’identifier les axes pertinents, de cibler vos actions. De nombreuses mesures peuvent être efficaces pour lutter contre l’absentéisme, à condition qu’elles correspondent à votre problématique et à votre culture d’entreprise : mise en place d’une crèche d’entreprise ou d’un accord de télétravail pour aider à la conciliation vie professionnelle et personnelle, organisation d’une campagne de vaccination anti-grippe, sensibilisation aux règles d’hygiène et de sécurité, travail sur l’ergonomie des postes de travail avec le CHSCT et le médecin du travail … D’autres solutions moins conventionnelles mais qui portent du fruit, comme l’ostéopathie en entreprise, les massages assis et habités, une salle de détente et de jeux, le dialogue régulier de la Direction, avec les salariés présents sur le terrain, pour les encourager, les écouter et les féliciter.
Un travail de fond pour (re)motiver les salariés peut être nécessaire afin de donner de véritables perspectives et du sens à leur travail : reconnaissance, formation, évolution, réaffirmation d’un projet d’entreprise mobilisateur… La lutte contre l’absentéisme est le cœur même des missions des RH.

Impliquez le management

Enfin, la DRH n’arrivera à rien sans le management. Accompagnez vos encadrants : formation aux bonnes pratiques managériales, sensibilisation à la problématique et implication dans la construction du plan d’action… Les managers sont en première ligne pour identifier les signes d’insatisfaction et vous alerter. Mais il n’est pas toujours facile pour un manager de reconnaître qu’il y a un souci au sein de son équipe : il est essentiel que RH et managers travaillent en étroite collaboration et en toute confiance.

D’autres solutions moins conventionnelles qui fonctionnent

D’autres solutions moins conventionnelles portent également du fruit, comme l’ostéopathie en entreprise, les massages assis et habillés de 15 à 20 mn, une salle de détente et de jeux, un service de conciergerie, le dialogue régulier de la Direction, avec les salariés présents sur le terrain, pour les encourager, les écouter et les féliciter. Souvent les entreprises utilisent une ou l’autre de ces solutions. Personnellement, j’ai mis en place l’ensemble de ces solutions au sein de l’une des structures que je dirige (PME de 30 salariés), en cherchant à personnaliser au maximum ces solutions pour chaque service, voire chaque salarié. Force est de constater que notre taux d’absentéisme est bien moindre que ceux cités dans les études en début d’article, puisque nous sommes à moins de 0.97 % de la masse salariale. Je peux vous assurer que les services mis en place, nous coûtent moins cher que notre masse salariale, mais également que les coûts cachés de réorganisation d’une équipe de travail.

Je pense que l’absentéisme en entreprise existe et existera toujours, mais son intensité n’est pas une fatalité. Nous avons en tant que dirigeant, ou DRH, les moyens d’agir, pour le bien-être des salariés au travail.

Franck Bégué
Suivez-moi

Franck Bégué

Expert RH spécialisé dans les nouvelles formes de travail
"J'aime les relations humaines. J'aime la richesse de la communication. Ma vie, c'est vous."
Franck Bégué
Suivez-moi

Expert RH spécialisé dans les nouvelles formes de travail "J'aime les relations humaines. J'aime la richesse de la communication. Ma vie, c'est vous."

Merci d'avoir partagé cet article ! Profitez-en pour nous rejoindre sur Twitter et Google+ ;)

Envoyer cet article à un contact