10 facteurs clés pour identifier un bon manager en entreprise

Par -

Que pensez-vous de votre manager?.. Sincèrement… Êtes-vous plutôt satisfait, ou plutôt insatisfait de son travail? C’est la question qu’avait posé l’institut de sondage BVA à un panel de salariés en 2011. Le résultat a révélé que seulement 1 salarié sur 5 avait une bonne opinion de son manager (Le Figaro du 24 mars 2011). Si l’on en croit les chiffres de l’Observatoire du Management 2015, publiés le 23 octobre 2015 par TNS Sofres, la situation n’a pas vraiment évolué. Par exemple, selon cet indice, 42% des salariés considèrent que les managers gèrent mal l’équilibre entre productivité et qualité de vie au travail.

Le rôle du manager d’entreprise est en effet essentiel au sein d’une équipe et bien le choisir est parfois une gageure pour les Ressources Humaines. Nous nous sommes donc penchés sur le sujet afin de vous livrer des pistes pour affiner vos sélections. Voici donc, pour vous recruteurs, un dossier intitulé: «10 facteurs clés pour identifier un bon manager en entreprise».

«Un manager trop mou est autant une catastrophe qu’un manager trop dur» (Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan).

Ce qu’un chef d’entreprise cherche chez un manager, c’est un ensemble de qualités qui lui permettront de dynamiser son équipe de travail. Le manager doit avoir des compétences professionnelles indéniables, mais également des qualités humaines. Ce sont ces qualités humaines qui lui permettront de faire émerger le meilleur de chacun des salariés. Il faut donc être attentif, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’entreprise, aux profils susceptibles d’exceller dans cette tâche. Relevons les indices qui vous aideront à identifier le bon manager:

Indice 1: est-il réactif?

Le bon manager sait dynamiser en permanence les salariés pour qu’ils soient toujours productifs. Des conjonctures, telles qu’une délocalisation ou la transformation numérique, constituent par exemple une nécessité d’adaptation que le manager devra impulser au sein de l’entreprise. Lors d’un entretien d’embauche, il sera intéressant de poser au candidat une question simple du genre: «Aimez-vous le changement?» et d’analyser sa réponse à la lumière de son CV.

Indice 2: a-t-il l’étoffe d’un manager?

Un bon manager a déjà un minimum d’expérience dans le management, car la formation ne suffit pas pour développer une qualité essentielle: l’intuition. Selon Roy Rowan, le management est un art consistant à prendre des décisions fondées sur des informations insuffisantes. (300 CITATIONS POUR MANAGER, Patrick Amar, p.4). Quand survient un imprévu, est-il capable de trouver une solution? Connaît-il suffisamment les salariés pour faire intervenir celui qui est le plus susceptible de solutionner le problème?

Indice 3: est-il honnête?

L’honnêteté, d’abord au sens littéral. Le CV qu’il vous présente est-il authentique, ou quelque peu arrangé? Il faut absolument vérifier que votre prétendant a déjà managé une équipe par le passé. Ensuite, il s’agit d’une honnêteté morale. Supposons que, lors de l’entretien, vous lui fassiez remarquer que sa précédente boîte affiche des résultats catastrophiques. Que va-t-il vous répondre? S’il vous dit quelque chose comme: «C’est vrai, c’est pas fameux. Mais si vous voyiez les pieds-nickelés avec lesquels je travaillais… Désolé, monsieur, mais j’étais avec les sous-doués!..» S’il vous répond cela, attention! Le bon manager est capable de vous mentionner de précédents succès, mais il est aussi capable d’assumer ses échecs… De les assumer et de vous expliquer les leçons qu’il en a retiré!

Indice 4: son profil est-il en adéquation avec les besoins de l’entreprise?

Ce point doit être vérifié en amont et orienter votre recherche. Comment cela? Le journal l’Express du 29 avril 2014, reprenant les travaux de Marianne Rey, explique l’une des causes majeures de l’erreur de casting: «Les entreprises se trompent [dans le choix du manager] car elles définissent le profil du candidat, avant d’avoir sondé leurs besoins». Il faut donc procéder dans le bon ordre: examiner les besoins de l’entreprise et imaginer le profil du bon manager en fonction de ces besoins.

Indice 5: est-il à l’initiative?

Observez-vous chez lui une tendance à toujours attendre les instructions, ou est-il lui-même force de propositions? Dominique Roux, professeur des universités en Marketing, explique que l’entretien d’embauche est déjà une séance de travail. «Si le candidat est autonome, il va s’inscrire immédiatement dans une démarche-projet», dit-elle. Il ne va pas forcément attendre que vous lui posiez des questions. Dès le départ il va lui-même présenter ce qu’il a fait et se vendre.

Indice 6: vérifiez ses compétences techniques

Ce que les hommes respectent d’abord, c’est la compétence. Dans l’article «Mon chef, ce nul» (L’Express du 19 avril 2016), Christophe Bergeon, fondateur d’une start-up permettant aux salariés de «noter» leurs managers, déclare: «Les employés compétents n’acceptent pas un mauvais management.» Il est donc essentiel de vérifier que le candidat possède bien les compétences requises. Par exemple, si sur l’annonce vous avez mentionné la maîtrise de l’anglais, parlez-lui en anglais. Si vous lui dîtes une phrase du genre: what can you tell me about the machine learning» et qu’il vous répond: «Excusez-moi, mais je ne comprends pas l’allemand…», c’est qu’il y a un problème. Si vous avez sollicité des compétences informatiques, mettez-le devant votre ordinateur et demandez-lui d’effectuer une manipulation dans un logiciel.

Indice 7: est-il positif?

La déprime au travail est un facteur de baisse de productivité. Le bon manager doit pouvoir insuffler un esprit de positivité et de convivialité au sein de son équipe. Il doit motiver, encourager, stimuler… Au fait, semble-t-il l’être lui-même? Est-il souriant? Vous regarde-t-il dans les yeux ou a t-il toujours le regard fuyant? Vous paraît-il suffisamment consensuel pour gérer les conflits ou vous semble-t-il à fleur de peau?

Indice 8: est-il courageux?

Le rôle du manager est parfois ardu, lorsqu’il s’agit, par exemple, de relayer de mauvaises nouvelles. Le bon manager ne fuit en aucun cas ses responsabilités. Lors de l’entretien, essayez de relever cet indice: a-t-il tendance à vous passer de la pommade? Si tel est le cas, cela peut signifier que vous êtes en présence de quelqu’un qui veut plaire à tout prix. Quelqu’un qui, par embarras ou peur, n’osera peut-être pas vous dire des choses essentielles. Le bon manager a suffisamment confiance en lui pour ne pas dépendre de ce que vous ou les salariés pensez de lui. Aussi, s’il doit annoncer une mauvaise nouvelle aux employés, il le fera. S’il doit recadrer un salarié qui a mal fait son travail, il le fera. S’il doit défendre les membres de son équipe face à vous, il le fera!

Indice 9: est-il pragmatique?

Le manager est toujours l’homme de la situation. Il est celui vers qui les salariés se tournent en cas d’imprévu. Il doit donc être plus pragmatique que théoricien. Comment pouvez déceler cette aptitude chez un candidat? Eh bien, il se trouve que, le jour de l’entretien, une machine tombe en panne. Impossible de la réparer. La production a donc cessé et vous êtes censé livrer les marchandises avant vendredi. «Au fait, Monsieur… comment régleriez-vous le problème?..» Même si la solution qu’il préconise n’est pas la meilleure dans ce cas de figure, vous verrez néanmoins s’il est capable de proposer quelque chose d’intelligent.

Indice 10: est-il ambitieux?

Il ne s’agit pas ici d’une simple ambition personnelle. Il s’agit d’une ambition collective. A-t-il de l’ambition pour VOTRE entreprise et pourra-t-il étendre cet état d’esprit à l’ensemble du personnel? Souvenez-vous de la phrase de Kennedy: «Ne vous demandez pas ce que votre entreprise peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre entreprise.» Bon… ce n’est pas exactement ce qu’il a dit, mais on se comprend. Le bon manager aime l’entreprise qu’il supervise. Il aime l’équipe qu’il dirige. Et parce que cet attachement existe, il n’hésitera pas à donner de lui-même pour que cette entreprise se développe. Essayez donc d’analyser ses motivations. Pourquoi veut-il ce poste? S’il vous raconte qu’il veut le job parce qu’il a déjà 9 gosses et qu’il doit les nourrir, ce n’est pas bon signe. Est-ce parce qu’il doit rembourser la voiture de luxe qu’il a acheté à crédit?.. Ou est-ce parce qu’il est ambitieux, pour lui et pour vous?

Dans cet article, nous nous sommes concentrés sur la recherche d’un manager externe à l’entreprise. Mais il arrive parfois que les bonnes personnes soient déjà là, sous nos yeux, et qu’on ne s’en rende pas compte. Il est fort probable qu’au sein de votre entreprise existent déjà des individualités manifestant les qualités énumérées dans ce sujet. Quand vous sollicitez un profil extérieur, vous êtes obligés de vous fonder sur son CV, sur ce qu’il vous dit, sur votre intuition… Or, vous avez déjà sous les yeux une masse salariale que vous pouvez observer au quotidien afin de voir si quelqu’un ne sort pas du lot. Honnêtement, il est peu probable qu’il n’y ait pas dans votre personnel un manager en puissance. Quelqu’un qui a peut-être besoin d’attention, de motivation, et peut-être même d’une formation pour compléter ses compétences. Parfois, il suffit d’observer…

La Rédaction
Suivez-nous

La Rédaction

Recrutons.fr - L'actualité avant-gardiste des Ressources Humaines : Marketing RH, E-Recrutement, Réseaux sociaux, Freelancing, Innovations...
La Rédaction
Suivez-nous

Recrutons.fr - L'actualité avant-gardiste des Ressources Humaines : Marketing RH, E-Recrutement, Réseaux sociaux, Freelancing, Innovations...

  • Diaconu Ramona

    Tout a fait d’accord avec les dires la-dessus! Comme ajout, pour moi un bon manager est celui qui inspire du respect. Un respect qui te fasse donner de ton mieux dans ce que tu bosses journellement, qui te motive et qui suscite en toi l’envie a la fois d’evoluer et de faire evoluer l’entreprise.

Merci d'avoir partagé cet article ! Profitez-en pour nous rejoindre sur Twitter et Google+ ;)

Envoyer cet article à un contact